Dons

« La sagesse ne s’échange pas contre de l’or massif, elle ne s’achète pas au poids de l’argent » (Jb 28,15)

Ni riche, ni pauvre

À l’image de cette très belle prière multiséculaire, tel pourrait donc être l’idéal biblique d’un juste rapport aux richesses matérielles : « J’implore de toi deux choses, ne les refuse pas avant que je meure : éloigne de moi fausseté et paroles mensongères, ne me donne ni pauvreté ni richesse, laisse-moi goûter ma part de pain, de crainte que, comblé, je ne me détourne et ne dise : “Qui est le Seigneur ?” Ou encore, qu’indigent, je ne vole et ne profane le nom de mon Dieu » (Pr 30,7-9).
Voilà où se situe la véritable bénédiction divine : dans un juste rapport aux biens matériels, mais plus encore à Celui qui est à l’origine de ce que l’on est et de ce que l’on possède. Cela nécessite une vigilance de chaque instant, car l’argent tend souvent à prendre dans le cœur de l’homme une place qui revient à Dieu seul. Il devient alors une sorte d’idole. Or, comme l’enseignera Jésus, servir Dieu ne revient pas à mépriser l’argent, mais à en user librement et à le faire servir à la relation à Dieu et aux frères. Car s’il peut aliéner, l’argent peut aussi contribuer à une certaine liberté. Et s’il peut asservir, on sait bien qu’il peut rendre aussi d’immenses services.

Mgr Pierre Debergé, directeur du centre universitaire Guilhem de Gellone à Montpellier,membre de la Commission biblique pontificale.

(Extrait d’un article du journal LA CROIX
https://croire.la-croix.com/Definitions/Lexique/Argent/La-place-de-l-argent-dans-la-Bible)

thumbnail

Pour que l’Eglise dans notre diocèse puisse agir au service de chacun, elle compte sur nous tous !

Vous pouvez aussi donner directement à votre paroisse via l’application La Quête !

thumbnail
Paroisse Brest Notre-Dame au Levant