Lion

Ce lion

a une histoire

Le Télégramme de Brest
du 04/10/2004

Le lion de la place Vinet vient de l’ancien château de Ker-Meat.

Le lion de la place Vinet a un passé que nous livre notre historien maison, Gérard Cissé.

Sous la mandature de Léon Nardon, très efficace en différents domaines dont le social, la ville a acheté le château de Ker-Meat, au lieu-dit «Ar Harzu Huela», sur les hauteurs du plateau de Beg-Avel, en Saint-Marc. Une maison maternelle y sera créée, afin d’accueillir les femmes célibataires attendant un enfant. Cet établissement a fonctionné dès 1925. «Malheureusement, durant la dernière guerre, cette propriété devait être réquisitionnée par les Allemands qui, après l’avoir occupée, l’incendièrent, en septembre 1944. Elle sera restaurée en 1980 et son parc sera séparé des bâtiments et transformé en square public (Jardin Yves Jaouen) . La bâtisse, donnant maintenant sur la rue Duchesse-Anne, abrite aujourd’hui le centre psychothérapeutique Winnicott. Lors de ces travaux et transformations, les employés œuvrant dans le jardin ont découvert l’un des deux lions en bronze qui ornaient autrefois la terrasse du château.

Transfert place Vinet

«Avec cette trouvaille fortuite, les édiles brestois ont tôt fait d’établir une relation hypothétique avec saint Marc l’évangéliste, compagnon de saint Pierre. Ses reliques, qui auraient été transportées au palais des Doges de Venise, l’ont fait devenir le saint patron des Vénitiens. Il est depuis lors représenté par un lion ailé. «Relation de cause à effet, il est donc décidé de mettre en valeur cette sculpture providentielle. Posée sur un socle de pierre de taille, au centre d’une placette, entre l’église et le presbytère, non loin du bourg actuel, elle est aujourd’hui l’emblème du quartier. Le lion saint-marcois n’est pas ailé mais on parle tout de même de nos jours du lion de Saint-Marc».

Paroisse Brest Notre-Dame au Levant